La Chine veut devenir neutre sur le plan climatique d’ici 2060

La Chine veut devenir neutre sur le plan climatique d’ici 2060

La Chine, le plus grand pollueur de CO2, s’est fixé comme objectif la neutralité climatique afin de se conformer à l’accord de Paris sur le climat. La Chine veut être climatiquement neutre avant 2060. Ce n’est que récemment que l’UE a annoncé son nouvel objectif climatique consistant à augmenter la réduction des émissions de CO2 d’ici 2030 de 40% à au moins 55%. “Devenir le premier continent climatiquement neutre est notre mission”, a déclaré von der Leyen. L’objectif de cette mission a jusqu’à présent été fixé à 2050. Le chef de l’Etat chinois Xi Jinping a ensuite étonnamment resserré ses objectifs climatiques dans son discours aux Nations Unies. Il doit y avoir une «révolution verte» et il faut «aller plus vite» pour réussir en termes de climatisation. Les émissions devraient culminer avant 2030 et son pays veut être climatiquement neutre avant 2060. C’est la première fois que le gouvernement fixe une date pour la neutralité climatique, c’est pourquoi certains militants écologistes parlent déjà d’une sensation dans la diplomatie climatique internationale. Si la Chine peut tenir cette promesse, elle pourrait ralentir le réchauffement climatique d’environ 0,2 à 0,3 degrés Celsius d’ici 2100. Ursula von der Leyen a déclaré à propos de l’annonce par la Chine de la neutralité climatique d’ici 2060: “C’est une étape importante dans notre lutte mondiale contre le changement climatique dans le cadre de l’Accord de Paris. Nous travaillerons avec la Chine sur cet objectif. Mais il reste encore beaucoup à faire”. Selon la Banque mondiale, la Chine compte 16 des 20 villes du monde avec la plus mauvaise qualité de l’air. En outre, les normes de l’OMS pour la qualité de l’air ne sont pas respectées dans environ 200 grandes villes de la République populaire. Les raisons en sont les usines industrielles obsolètes et les centrales électriques au charbon. Lorsqu’il y a un fort smog, les entreprises doivent réduire ou même arrêter leur production, explique Li Junfeng du Center for Climate Change. KMA Umwelttechnik possède une filiale à Shanghai depuis 2012 et accompagne les entreprises locales dans la réalisation des objectifs ambitieux du gouvernement. Les systèmes de filtre à air d’échappement nettoient non seulement l’air d’échappement – la technologie de filtre à économie d’énergie permet d’économiser de grandes quantités d’énergie et donc de CO2 par rapport aux filtres en tissu conventionnels.

Le directeur des ventes de KMA Shanghai fait une présentation lors de la conférence CHINA DIECASTING 2020